SANTE

Haut-Katanga : La DGRAD dénonce le détournement de fonds à la coordination provinciale du Programme National d’Hygiène aux Frontières (PNHF)

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer

Comme on le sait, la Coordination provinciale du PNHF/Haut-Katanga est citée, depuis des années, comme celle qui fonctionne à merveille et réalise des recettes.

La taxe due au PNHF récoltée par Trafigo est de 50 dollars, indique-t-on. 25 dollars reviennent à l’État via la DGRAD. Dans les 25 dollars qui restent, Trafigo a droit à 20% et le reste ( soit 5 dollars) revient à la Coordination provinciale du PNHF/Haut-Katanga par le mécanisme de rétrocession.
Les revenus ainsi rétrocédés permettent à ce service de l’État de réaliser certains projets propres, notamment la réhabilitation et l’équipement des bureaux sur fonds propres, l’achat des intrants ainsi que l’augmentation des salaires des agents.
Le dernier employé touche aujourd’hui 800.000 francs congolais avec un sac de farine de maïs le mois contre 7.500 francs jadis, signale-t-on.
Malheureusement, ces recettes ne seraient plus gérées comme il se doit. Des échos en provenance de Lubumbashi font savoir qu’un important détournement de fonds aurait été fait au sein de la coordination provinciale du PNHF. Le pot aux roses aurait été dévoilé par la DGRAD/Haut-Katanga.
En conséquence, les observateurs souhaitent qu’une enquête soit vite diligentée par l’Inspection Générale des Finances en collaboration avec la Direction générale de ce service de l’Etat, pour que des responsabilités soient établies, et que des sanctions soient prises à l’encontre des agents qui se seraient rendus coupables de ce détournement.
L’on sait qu’un Programme spécialisé de contrôle sanitaire aux frontières dénommé Programme national d’hygiène aux frontières –PNHF- fonctionne au sein du ministère de la Santé. Ce programme se substitue à l’ancienne Direction de la Quarantaine internationale. Ses missions consistent à approuver les plans d’actions, les rapports d’activités et les finances; évaluer l’action menée par la Direction; et faire à la hiérarchie du Ministère toute proposition de décision en faveur du Programme d’hygiène aux frontières. Il s’agit d’un service spécialisé du ministère de la Santé doté d’une autonomie de gestion administrative et financière bénéficiant de l’appui technique des directions ayant l’hygiène et l’épidémiologie dans leurs attributions.
Nous y reviendrons !
Par Irène Mulumba 

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Activé Notifications J'accepte Non merci