POLITIQUE

230.000$ d’amende infligée à l’hôpital de Panzi : le gouvernement de Kinshasa pousse à sa fermeture ?

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer

L’hôpital de Panzi subit les assauts incessants du gouvernement de kinshasa. Depuis l’appel du collectif d’intellectuels Congolais lancé le 30 juin 2022 au Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege pour qu’il accepte d’être candidat à la présidentielle de décembre 2023, le gouvernement Udps de Kinshasa et ne manquent pas d’imagination pour faire plier l’un des meilleurs d’entre Congolais en République Démocratique du Congo et à l’étranger.

En effet, l’actuel président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi et son gouvernement auvaient empêché la tenue de la conférence scientifique prévue du 17 au 18 août 2022 à l’amphithéâtre de l’université de Kisangani ainsi que le déplacement du Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege à Kisangani en instrumentalisant les motards de bloquer l’accès à l’hôpital de Panzi et les grands axes de la ville de Bukavu afin qu’il n’aille pas prendre l’avion à l’aéroport de Kavumu en destination de Kisangani.

Deux jours avant, il y avait l’annulation sans motif des vols de Kinshasa – Kisangani et Goma – Kisangani qui devraient ramener quelques invités pour participer à la conférence scientifique à l’université de Kisangani.

Parmi ces invités, il y avait certains diplomates accrédités en RDC et des scientifiques venus de l’Europe et de quelques pays africains.

Le gouvernement de Kinshasa par l’intermédiaire du rectorat de l’université de Kisangani araient prétendu un problème sécuritaire pour justifier le refus de la tenue de la conférence scientifique du Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege.

Deuxième complot du gouvernement de Kinshasa contre le Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege date du 14 novembre 2022 en orchestrant l’annulation de la remise de titre honorifique de doctorat de l’université catholique de Bukavu alors que c’est depuis une année que la décision de l’octroi de doctorat honoris causa qui serait prise après plusieurs réunions des membres du conseil d’administration et de gestion de l’université catholique de Bukavu.

La dernière réunion de confirmation a eu lieu en mai dernier où deux individus ont été désignés pour préparer la cérémonie de remise de doctorat honoris causa prévu le 15 novembre 2022.

Il y avait un budget alloué pour l’organisation des affiches, invitations et une collation après la cérémonie.

C’est à la dernière minute que le pouvoir de Kinshasa aurait activé ses réseaux parmi les politiques et le clergé catholique à Bukavu et Kinshasa moyennant de l’argent et autres promesses pour faire annuler la remise de doctorat honoris causa au Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege.

L’évêque diocésain de Bukavu était donc bel et bien au courant de la remise de doctorat honoris causa au Prix Nobel de la Paix pour avoir participé à toutes les réunions ayant précédé la décision du rectorat de l’université catholique de Bukavu en sa qualité de Président du conseil d’administration.

En faisant annuler la remise de doctorat honoris causa au Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege, le gouvernement de Kinshasa et ses alliés veulent signifier politiquement et diplomatiquement l’opinion nationale et internationale que le Prix Nobel de la Paix est critiqué et ne fait pas l’unanimité même dans sa propre ville natale de Bukavu pour prétendre de diriger la République Démocratique du Congo comme un collectif d’intellectuels et la majorité de nos compatriotes le lui demandent.

Outre, le pouvoir de Kinshasa veut aussi se mettre en posture de Ponce Pilate par rapport à l’annulation de la conférence scientifique de Kisangani qu’il n’est pas derrière la décision de son empêchement.

Troisième complot du gouvernement de Kinshasa et ses alliés rwandais de Kigali, comme le souligne contre le Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege.

C’est depuis deux mois que l’hôpital de Panzi s’est vu infliger arbitrairement une folle amende sur ordre du pouvoir de Kinshasa de près de 200.000$ de pénalité à payer à la direction provinciale des impôts de Bukavu.

Le motif évoqué par le gouvernement de Kinshasa par l’intermédiaire de la direction provinciale des impôts à Bukavu c’est le fait que le Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege a mis en place le système de déjeuner chaque midi à l’ensemble du personnel de l’hôpital de Panzi.

Pour le pouvoir de Kinshasa, le Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege n’a jamais déclaré à la direction provinciale pour l’emploi que le personnel de l’hôpital de Panzi avait droit chaque jour à midi de déjeuner au travail.

Enfin, le gouvernement de Kinshasa via la direction provinciale des impôts a encore frappé très fort avec une autre amende de 30.000$ par mois sous prétexte que le Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege n’a pas déclaré à l’autorité du travail que certains cadres et non cadres de l’hôpital de Panzi sont dotés d’un téléphone mobile + les unités d’appels pour être facilement joints ou de prévenir l’hôpital en cas d’une situation d’urgence dans ou hors l’hôpital afin d’intervenir sans délai.

Le comité de gestion de l’hôpital de Panzi a plusieurs fois solliciter le rendez-vous direct avec le directeur provincial des impôts de Bukavu mais il ne donne pas de suite.

Voilà donc l’ivresse du pouvoir de M. Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi et son allié de Kigali qui sont en train de pousser politiquement à la fermeture de l’hôpital de Panzi en croyant faire du mal au Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege.

L’actuel président Tshilombo Tshisekedi semble ignorer que les premiers bénéficiaires de la prise en charge médicale accordée par l’hôpital de Panzi ce sont nos compatriotes de Bukavu voire de toute la partie orientale du pays car l’hôpital de Panzi est devenu une référence dans la région avec les mêmes qualités de soins médicaux donnés dans les hôpitaux publics en occident.

Nous dénonçons et condamnons fermement l’ivresse du pouvoir de l’actuel président Tshilombo Tshisekedi qui pousse à la fermeture de l’hôpital de Panzi avec des amendes illégales et de règlement de compte politique à la suite de l’appel du collectif d’intellectuels Congolais au Prix Nobel de la Paix le Prof Dr Denis Mukwege d’être candidat à la présidentielle de décembre 2023 pour sauver le pays de son naufrage.

Nous demandons au comité de gestion de l’hôpital de Panzi de ne pas payer un seul $ de leur amende et si l’actuel président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi veut faire fermer l’hôpital de Panzi sous prétexte de ne pas être en règle avec les lois, il n’a qu’à le faire mais il doit savoir que nos compatriotes en République Démocratique du Congo et à l’étranger ne vont ni tolérer ni accepter cette ivresse du pouvoir finissant.

GM/ Elrick Elesse

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Kitambala

Aveugle que tu es

Aksanti kulimushi luc

Dieu écrase tout pouvoir qui se rehausse. Nous sommes reconnaissant à l’œuvre du prof Dr. D.Mukwege, quiconque veut bouleverser les œuvres de cette personnalité que Dieu nous a donné au du mal sur sa vie et à toute ses 4 générations.

Taty

Celui qui a rédigé ce texte est il Congolais de père et de mère ? Le devoir d’un vrai citoyen est de s’acquitter de ses devoirs, en 0 payant les taxes et impôts lorsque vous faites le business. Donc, mukwekue et son hôpital doivent être en ordre avec l’État Congolais…

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Activé Notifications J'accepte Non merci