SOCIETÉ

Affaire Cité du fleuve : Pour éviter des sanctions de la part du ministre Molendo Sakombi, le CTI de Limete Walter Shimba refuse de répondre positivement à la requête de la Société HAKWOOD

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer

Un adage ne dit-il pas que si tu vois un poussin s’enorgueillir, c’est que derrière lui se trouve un protecteur ! C’est le cas de Conservateurs des Titres Immobiliers Warriors qui croient se permettent de tout sans savoir qu’ils sont avant justiciable des cours et tribunaux. Tout en oubliant que la Loi régule de fois leurs actes et leurs comportements, ils s’exposent par incurie ou par ignorance à couvrir des injonctions malencontreuses de leur chef hiérarchique et devant l’Officier du Ministère public, ils regrettent de leurs actes répréhensives.Comment un Conservateur des Titres Immobiliers appelé à consacrer les droits, à mobiliser et maximiser les recettes du Trésor public peut-il se permettre de refuser un dossier foncier de régularisation, de morcellement ou de transfert sur base des pièces valides ? Un comportement contraire à l’éthique déontologique du fonctionnaire.Le Conservateur Walter SHIMBA, de la Circonscription foncière de Limete en est l’illustration. C’est du gangstérisme foncier tel père, tel fils !Se proclamant aux oreilles de ceux qui veulent l’entendre, juriste, Warrior !, et contrairement à ce qu’il affirme régulièrement, le Ministre Aimé MOLENDO SAKOMBI ne travaille plus en parfaite intelligence avec la Loi foncière et ses mesures d’exécution lorsque tous les Conservateurs qui se sont succédé à Limete, sous son règne, refusent, et sans raison ou sans se fonder aux dispositions légales, de traiter des dossiers de transfert, de mutation ou de morcellement de la cité du Fleuve en faveur soit de la requérante, soit des tiers et les considérant comme une peste. C’est grave !A en croire à certains indiscrets des agents de cette Circonscription foncière, il s’agirait d’une affaire bénigne qui remonterait de l’époque où le Ministre MOLENDO était encore « courtier immobilier ! ». Devenu Homme d’Etat, il veut régler à son « ami » des comptes en lui prouvant que c’est lui le Patron incontestable et incontesté de la Terre pour tout le règne de FATSHI. Il se dit que personne et personne ne saura le remplacer et, par là, il donne injonction ferme au Conservateur de Limete de ne pas traiter tout dossier, sauf dérogation da la part de lui-même sur des dossiers des gens du pouvoir et des personnes influentes, ayant comme fondement « la cité du fleuve ».Si hier, les Cti Serge SUANA, Elie MBAYO sous ordre de cette autorité tutélaire et non de la Loi en la matière, les ont exécutés, parfaitement, mais du moins malin qu’ils étaient, n’ont pas été comme des robots, c’est aujourd’hui à Walter SHIMBA de se faire passer comme un bon élève dans la cour des Warriors.On en veut pour preuve une correspondance datée du 12 septembre 2022, reçu sous le numéro          par lui, Walter SHIMBA auxfins de morcellement pour la poursuite des travaux de constructions de 180 appartements, travaux exécutés par les partenaires Chinois sur un fonds de plusieurs millions de dollars et qu’au final, les bénéficiaires ne seront que la R.D. Congo dans le cadre de la vision du Chef de l’Etat de faire du Congo l’Allemagne d’Afrique d’une part et d’autre part à travers les ventes d’immeubles, les mutations à proportion de 3 % à générer au Trésor public, le refus d’opérer ce morcellement au profit des partenaires de la Cité du fleuve à savoir les sociétés Golden Village, BMS Finances, etc… violent impérativement l’accord-cadre, c’est-à-dire le Protocole signé entre la R.D.C et la Société HAWKWOOD PROPRTIES SA au terme duquel l’article 7 stipule : « Hawkwood aura le droit de transférer la totalité ou une partie de ses droits qu’il détiendra en vertu du contrat aux personnes morales et physiques qui feront l’acquisition de droits immobiliers dans le complexe immobilier Cité du fleuve ».Certaines indiscrétions dans les couloirs des hommes au toge blanc envisageraient saisir la Cour d’arbitrage internationale afin de traduire ce litige conformément au Règlement d’arbitrage de la chambre de commerce international à Paris contre la R.D. Congo. Un litige stérile créé par un Ministre qui s’est désolidarisé de l’action Gouvernementale pour ses appétits gloutons et un tel procès pouvait coûter une condamnation en Dommages-intérêts de fortes sommes inutiles à payer par l’Etat Congolais.Un manque à gagner considérable en termes des recettes dues au Trésor en cette période de mobilisation du Gouvernement SAMA LOKONDE pour parer aux élections et à la crise sociale !Devant cette attitude moins professionnelle et éhontée des fonctionnaires qui oublient qu’ils sont justiciables des Parquets, il s’expose en bafouant la Loi et en se rangeant sur les injonctions et ordre mal donné du ministre Aimé MOLENDO SAKOMBI devant la furie d’une Justice qui se veut se revaloriser avec des nouvelles vertus. Des transferts bloqués, des morcellements refusés et les investisseurs ne savent plus sur qui compter et sur quel saint se vouer ; c’est une honte pour le pays en ayant des décideurs qui agissent sous la couleur de vipère pour vendre très mal l’image de la R.D. Congo à l’extérieur. La crainte est que les investisseurs extérieurs et intérieurs se communiquent et ne se voilent pas la face. Et quels résultats le Ministère des Affaires foncières sous la coupole de son Ministre Aimé MOLENDO SAKOMBI s’attend-t-il à quoi apporter à la République et quel bilan sur tous ces voyages vers l’Amérique, l’Asie et l’Europe pour ramener les investisseurs immobiliers. Sans peur de se tromper, ce n’est que du tourisme avec tous ses Conseillers et Conservateurs de la République. Une chose est certaine, le Ministère des Affaires foncières est dans une tourmente indescriptible pour un crash !

Le Glissement

image_pdfTélécharger PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Activé Notifications J'accepte Non merci