0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 50 Second

L’Etat de Droit est celui dans lequel les gouvernants et gouvernés sont tous soumis aux règles de Droit.

Dans l’affaire qui oppose Monsieur Joseph Kitangala Kabala et les anciens Bâtonniers du Barreau de Lubumbashi, le Bâtonnier du Barreau de Lualaba et les Avocats du Barreau Près la Cour d’Appel du Haut Katanga dans une affaire de détournement de 27.500$ consignés au Barreau au profit du Professeur Augustin Muhota kawida , trois actions judiciaires par citations directes sous RP 15.412/CD, 15.413/CD et 15.414/CD affichées au valve du tribunal de grande instance de Lubumbashi et qui seront publiées au journal officiel de la République Démocratique du Congo.

Pour comprendre la véracité de ces trois actions judiciaires, nous avions joint au téléphone un autre ancien Bâtonnier du Barreau du Haut Katanga qui nous a livré ses impressions que voici : “Aux termes de l’article 90, alinéa 1 de la loi organique sur le barreau, le Conseil de l’Ordre peut soit d’office ou sur réquisition du Procureur Général interdire provisoirement l’exercice de ses fonctions à l’Avocat qui fait l’objet d’une poursuite pénale ou disciplinaire”.

C’est une interpellation faite à Madame le Bâtonnier, au Conseil de l’Ordre et au Parquet Général Près la Cour d’Appel du Haut Katanga d’interdire tous les Avocats concernés, d’instruire les affaires selon les règles de la profession et les lois de la République Démocratique du Congo pour préserver la dignité de l’avocat à Lubumbashi et en République Démocratique du Congo.

Selon les sources internes du Conseil de l’Ordre du barreau de Lubumbashi, ce dossier a été mal géré, aucune action disciplinaire n’a été ouverte contre les Avocats cités, le Parquet Général Près la Cour d’Appel a été indifférent et la loi n’a pas été respectée .

Selon toujours la même source, Monsieur le Procureur Général à travers sa lettre du 07 février 2022 sous n°287/ PG.033/02000/025/SEC/ 2022 dont une copie est parvenue à notre rédaction, l’accusé de réception de la lettre plainte dont il était l’ampliataire, le Procureur Général a été non simplement complaisant, également et extrêmement léger.

La question que se pose plus d’un analyste des questions juridiques est celle de savoir, si le Procureur Général a-t-il ignoré ses attributions dans cette matière ? A-t-il simplement agit comme le barreau et le conseil de l’ordre pour couvrir ces avocats incriminés, véreux et indisciplinés selon leurs affinités ? Alors que sa mission légale est celle de veiller au respect de la loi.
Aucune réquisition du Procureur Général, le Conseil de l’Ordre également n’a pas interdit ces avocats, alors que font ces responsables de ces institutions ?
Comment un barreau peut il avoir la dignité lorsque ses anciens Bâtonniers sont poursuivis et que la loi n’est pas appliquée ?

Un autre avocat contacté souhaite voir le Conseil de l’Ordre et Madame le Bâtonnier réunir le courage et interdire les avocats visés par les actions judiciaires et disciplinaires quelqu’en soit leur âge professionnel pour des manquements graves qui ternissent l’image de l’avocat dans notre province et notre pays.
Nous invitons le Parquet Général du Haut Katanga et le Conseil de l’Ordre du barreau du Haut Katanga au strict respect de la loi en vue de préserver l’image de l’avocat. Dans notre prochaine publication, nous allons joindre également l’homme qui se dit lésé (Monsieur Joseph Kitangala Kabala) pour qu’il puisse nous livrer ses commentaires dans ces affaires.

Par Ilunga Nsenga Marco depuis Lubumbashi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires