0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:3 Minute, 51 Second

Ministre nationale des Mines, Antoinette Nsamba Kalambayi n’est pas née de la dernière pluie à l’Udps. C’est une militante de longue date dans ce parti.

Après plusieurs années dans la clandestinité, son père François Kalambayi, contemporain et ami à feu le Dr Etienne Tshisekedi, a fait rayonner, dans les années 90, l’Udps dans une partie de Matete, à partir de sa résidence située dans le quartier Lokoro. C’est ici que l’actuelle ministre nationale des Mines, alors très jeune, s’est révélée fervente servante dans les offices du parti. Quoi de normal. Les réunions de la section UDPS/Matete se tenaient en leur résidence. Respectueuse en son temps de la hiérarchie du parti, elle refuse que l’on colle son histoire avec l’Udps à l’avènement de Jean-Marc Kabund comme secrétaire général, puis premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Une rumeur sur le réaménagement technique du gouvernement Jean-Michel Sama Lukonde, court les rues de Kinshasa. Avec le retour du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo de l’Espagne, voyage qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, l’on parle dans la ville haute de l’imminence de ce remaniement. Les commentaires vont dans tous les sens. L’agitation est à son comble dans le microcosme politique kinois. D’aucuns repassent depuis lors les costumes laissés longtemps au fond des valises priant que cette fois-ci madame la chance ne les zappe pas, d’autres, par contre, conjecturent sur des têtes qui peuvent tomber et qu’ils peuvent remplacer. La fatwa, qui pourrait ainsi frapper ceux considérés comme proches de Jean-Marc Kabund, aujourd’hui auto exilé du ciel, ou supposés être pistonnés par lui, est vivement souhaitée. C’est une des brèches sûres par lesquelles l’on peut s’introduire pour savourer plus d’une année et demi qui reste du quinquennat du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Parmi les ministres dont question, l’on parle, notamment, de Daniel Aselo de l’Intérieur, de Tony  Mwaba  de l’EPST et d’Antoinette Nsamba Kalambay des Mines.

C’est vraiment une confusion et un amalgame s’agissant de l’actuelle ministre nationale des Mines. Ce n’est pas en 2016 avec l’avènement de Jean-Marc Kabund comme secrétaire général de l’UDPS qu’elle a connu la route menant à Limete. Début des années 90, elle était vent debout pour ce parti avec le déclenchement du processus démocratique suite au discours du 24 avril 1990 du maréchal Mobutu à la N’Sele. L’Udps, qui opérait en clandestinité à Matete dans leur maison, était enfin sortie au grand jour. Son père, M. François Kalambayi, contemporain et ami du sphinx de Limete, fut ainsi un des grands prêtres qui officiait les messes du parti dans cette partie de la capitale. Tel père, telle fille, Antoinette Nsamba Kalambay ne s’était pas fait prier pour être servante dans ces cultes. Elle a été de toutes les marches et d’autres manifestations décrétées par l’Udps et en a été même victime, parce qu’admise quelques fois à l’hôpital.

Après la mort de son mari, elle s’est retrouvée à Paris où elle a milité au sein de l’Udps/France. A son retour à Kinshasa pour achever ses études en droit à l’UNIKIN, elle a toujours gardé le flambeau allumé. Cela même au sein du ministère des Mines où elle a passé dix ans en tant que fonctionnaire de l’Etat, notamment à l’Inspection générale des Mines. Elle y a gravi des échelons jusqu’au grade de chef de division avant que le chef de l’Etat mette le dévolu sur elle comme première femme depuis l’indépendance pour piloter le méga ministère des Mines.

Le choix porté sur elle comme ministre nationale des Mines est, sans doute, le couronnement de son long combat à l’Udps et de son parcours au ministère des Mines. Après quelques brouilles à ses débuts, Antoinette Nsamba Kalambayi a retrouvé ses marques et se montre déterminante pour faire bénéficier au pays le produit de ses ressources minières. C’est pour la première fois que les communautés riveraines sont honorées avec l’obligation faite aux entreprises minières de prendre des engagements sociaux, à travers des cahiers de charges, en faveur des populations des zones qu’elles exploitent. C’est de bonne guerre. Des gens sont en train de se battre pour trouver une place au soleil. Et toutes les armes ne sont pas exclues. Mais, se complaire à coller gratuitement certains individus à  d’autres, c’est faire fausse route.

Moïse Musangana / Gérard Lemba

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires