0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:4 Minute, 4 Second

L’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa et la Halle de Gombe reçoivent la 9ème édition du Festival International du Cinéma de Kinshasa Fickin, du 02 au 09 juillet 2022 avec pour thème interrogative “Pour qui produire?”. 

En somme, 277 oeuvres en provenant de 57 pays, seuls 74 de 32 pays ont été retenus. Ainsi les geeks qui prendront part à cette fête kinoise Internationale de cinéma seront gâtés par 9 longs et 36 courts-métrages fiction, 13 courts et 4 longs métrages documentaires, mais aussi 12 films d’animation. C’est, ce qui ressort de la conférence de presse animée par James B. tenue ce mardi 28 juin à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa, devant un parterre des journalistes, au courant de laquelle les organisateurs Ephraïm Buyikana directeur du Festival, Kadhafi Mbuyamba Chargé de programmation, ont  placé les barres sur les T quant aux projections de la 9ème Fickin, en présence du parrain de la présente édition le professeur  Henry Kalama Kulez.

Pour sa 9ème édition le Festival de Cinéma de Kinshasa Fickin, fait peau neuve. Partant de son Concept, le Fickin
depuis sa première édition en 2014 à nos jours, vise à motiver une nouvelle génération des cinéastes, réalisatrices et réalisateurs innovants qui défendent le cinéma Congolais sur le plan mondial, en réunissant les cinéastes indépendants, les communautés cinéphiles de différents coins du monde à soumettre leurs œuvres originaux.

Cette démonstration extraordinaire d’énergie créative à présenter différents univers, en 2022, Fickin programme
seulement 20% des  films congolais, ceci traduit le souci des organisateurs de ce  festival du film a ainsi démontré le langage universel du cinéma pour contribuer concrètement à la promotion du cinéma du monde (même des films Hollywoodiens) à l’interne et du cinéma congolais à externe, a fait savoir le chargé de programmation Kadhafi Mbuyamba, qui dans sa programmation musisale a aligné des talentueux  comme Fred Kabeya, Galy Garvey , El George.

A la clôture du festival le 09 juillet, Plusieurs catégories se disputerons des trophées Fickin, en design métal de fourmi sur bois, (logo de Fickin) présenté en exclusivité par Ephraïm Buyikana. Des films documentaire, de fiction ou d’animation, aussi des  prix d’honneurs aux figures de proue du cinéma congolais, a explicité le directeur du festival.

En outre, certains prix spéciaux sont décernés aux films sélectionnés et certaines figures du cinema.

Si les films demeurent un moyen puissant pour sensibiliser, améliorer la compréhension et nous  encourager à l’action la 9éme édition du Fickin vise à contribuer à la promotion du cinéma local et de sa consommation sur le plan local d’où le sens de ce thème interpellateur  “Pour qui produire?”.
Shopper Kabambi a en substance souligné, le rôle ô combien important que jouera le colloque “Il y a maintenant un cadre d’échange, les résolutions qui vont sortir seront sûrement mis en pratique. Pour nous le thème nous préoccupe énormément, parce que fini de produire pour plaire à l’Europe, fini de produire parce qu’on doit plaire à une certaine communauté quelconque, pour 10, 20, 30 voir 70000 USD, des sommes qui ne représentent rien dans le cinéma. On a nos amis au Nigeria où des jeunes peuvent se construire des immeubles de 2, 4 niveaux par l’argent du cinéma consommés par des congolais. Combien dans la salle on déjà vu un film congolais? Nous devons nous cinéastes nous réveiller pour produire pour nos concitoyens, travailler  pour une consommation de nos film par nos populations. Telle est la raison d’être de ces colloques. C’est pour sortir ce cinéma du gouffre. Nous nous battons pour prouver qu’on ne va pas abandonner. Même si tout est organisé dans ce pays, pour décourager des gens qui font des efforts.”

Avec cette thématique « Pour qui produire » Fickin passe au crible l’univers du cinéma congolais et invite les cinéastes indépendants, les sociétés de productions, autres partenaires du secteur, les institutions publiques,  ainsi que les communautés consommateures finales des productions  cinématographiques à oeuvrer pour le développement du cinéma congolais. Ceci par des thématiques à aborder, des traitements des films, et pour le public ses choix de consommation. Ces points seront débattus dans des activités connexes comme les colloques. Il sera aussi dispenser des ateliers master-class de formation en 7ème art, sur l’écriture cinématographique, techniques de production, jeux d’acteurs etc…

Il sied de noter avec amertume que faute de production locales, seulement 20% de ces films sont des produits congolais.

Pour le DG de l’ABA de Kinshasa parrain et hôte de l’événement, le professeur Henry Kalama Kulez “Pour un tel événement organisé de manière volontariste, on est très confiant dans l’avenir, il faudra soutenir les artistes, que tous les amis de Fickin soient des personnes qui prennent un engagement à soutenir sans faille ce festival, à soutenir toutes les productions, voilà pourquoi j’aurais voulu que toutes les plateformes de streaming congolaise puissent prendre part active en ce festival. Ce serait une occasion de les mettre en lumière.”

Par Elrick Elesse

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires