0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:3 Minute, 40 Second

Enfin le 22.02.2022, sera inscrit dans les annales comme l’événement marquant la sortie officielle de “Molimo”. Trop laborieux, ce lancement de l’album slam “Molimo” de Peter Komondua à l’arène de l’art congolais, l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa s’est tenu en quatre phases, présentation de l’album par le DG Henry Kalama, vernissage exposition photographique, audition et visualisation de l’album en simultané et le cocktail. Accompagnée d’une exposition photographique, l’album éclectique “Molimo” est accueilli avec faste par les mélomanes congolais. Un album polyphonique dont la fixation de dix titres a pris environ une année, mais il a fallu compter cinq années après son premier album.

Le cadre somptueux de l’ABA est porteur des symboles historiques

“Il y a près de 10 ans les premiers gestes communautaire du slam ont été posé, et c’était ici même à l’ABA.
Je suis très content que je revienne encore aujourd’hui pour lancer mon deuxième album, dans ce cadre de l’ABA qui pour moi il y a beaucoup des souvenirs qui me traversent. J’allais profiter pour dire merci au DG Kalama.” Tout en saluant Do et micro-mega présent dans ce parterre d’hommes. Une révélation historique qu’on attend pas souvent des artistes.

Sur le lutrin de l’ABA Komondua face à son public a fait des confidences
“On a commencé à enregistrer cet album en février 2021 et quelques mois après on m’apprenait que j’allais devenir papa, et ça envoisinait à peu près la période à laquelle l’album sortir. Et donc je me suis dit, ok d’accord, je sors cet album le 22. 02. ça rime aussi avec apocalypse 22 la fin des fins.”

Par cette autoproduction, Komondua a lancé, sur les bacs phonographique, plateformes de téléchargement son deuxième opus “Molimo” en contrastant du même coup avec quatres artistes photographes

“Des artistes très très talentueux de l’académie des Beaux-Arts qui ont accepté d’accompagner ce projet en proposant un discours photographique en s’imprégnant de ce projet d’album. Donc il y a un mariage artistique entre ma poésie et la proposition artistique d’Anastasie Langu, Arsène Mpiana, Peter Mialu et Samuel. Ainsi vous allez assister à une symbiose artistique entre ma poésie et leurs propositions artistiques” a-t-il explicité.

Ce qui a eu pour effet de faire graviter autour l’intitulé de son album, ” Molimo” d’enfoncer le public venu nombreux à l’ABA dans les abysses de univers de Komondua chacun prenant sa tangente, mais à travers un autre médium, la photographie.

Molimo est un nouveau défi qu’il a présenté aux mélomanes. Des mélopées et écrit qui se falque à des rythmes et influences puisés au tréfond de la culture congolaise ou afro. Des spoken words à l’honneur sous la direction artistique de Isongo, un patenteux du son et des belle mélodie avec qui ils ont assuré à 100 % le projet. vraiment nice, avec des lead sheet aux résultats on ne peut plus fou!

Accompagnée des musicien de factures comme Tshala Mwana, dont le Mutuashi urbanisé a laissé stupéfait le public. La performance de Jacques Tshimakinda qui donne tout sans rien laisser, aussi une Pamela Baketana, cette gagnante Thé Voice qui a chanté avec son âme. Sans omettre J. Denis et Risasi. Mais l’accent sera toutefois mis sur les textes, et plus souvent qu’autrement. Une musique qui emporte , qu’on attend continuer, mais qui souvent s’arrête et nous laisse à notre soif, et semble court comme des interludes. Ces paroles que Komondua déclame ou fredonne nous livrent à dix œuvres diverses et variées. Des paroles, qui permettent de voyager au fond de nous. Molimo. Des breaks musicaux qui font le fun, parce que ça permet de prendre une pause et de ruminer.

Peter Komondua en a profité pour remercier cette équipe forte qui l’a conduit à la concrétisation de la sortie de ” Molimo”. Jean Kamba, Azgard Itambo, Prisca Tankwey, Arsène Mpiana, Maïté Moseka Botembe, Gaël, Jérémie, Emmanuel Mukendi, Paulvi Ngimbi, Elvis Ali, Zepekenio, Jackson Kisekedi, Matabia, Maman et autres ont été remercier par l’artiste.

Dans une ambiance vraiment intéressante comme soirée et sans aucun doute enivrante pour les uns, pas seulement pour le cocktail Kwilu servi qui a engendré une âme joyeuse du public. Tel l’a martelé le DG Henry Kalama “l’art est la thérapie de l’âme” je dirais plutôt que Molimo en est la délivrance.
Il sied de noter que les éditions Miezi, Kwilu Rhum, et l’ABA sont des partenaires qui ont concouru à la réussite de cet événement.

Par Elrick Elesse

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires