1 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:3 Minute, 41 Second

Matadi-Kibala négligence collective ou catastrophe naturelle ? L’inévitable est déjà survenue causant pertes en vies humaines, dont les femmes en majorité. Pendant que tout le monde est entrain de geindre cherchant des coupables à tout vent, le député national, l’honorable Eric Tshikuma consterné par cette situation, repousse les limites, réfléchi en décideur pour que plus jamais la République ne soit victime de tels atrocités.
Rompant à son silence naturel, le flegmatique honorable Tshikuma a trouvé des mots justes dans son tweet

# RDC Matadi-Kibala pour prévenir ce type de drames, la solution passe d’abord par L’APPLICATION RIGOUREUSE des textes légaux et réglementaires opposables à tous, sans dérogation aucune. La puissance publique devrait s’exercer contre tout réfractaires…
#Agissons #Refusons de subir.

Ce tweet à forte teneur donne de la matière à réfléchir, surtout lorsque l’inattendu cause des dégâts inéstimables au regard de la sacralité de la vie humaine.
Le Congo dit-on ne souffre jamais des textes. Le corps de ses lois est obèse, mais nécessite un pouvoir d’application qui passe par la réinstauration de l’autorité de l’Etat.
Ainsi l’honorable Tshikuma martèle que ” la solution passe d’abord par l’application rigoureuse des textes légaux et réglementaires opposables à tous”.

Quelle sont les textes légaux se rapportant à notre événement désolant de Matadi-Kibala? La réponse se trouve dans “l’arrêté interministériel n°0021 du 29 octobre 1993 portant application de la règlementation sur les servitudes.” Cet arrêté est conjointement signé entre les ministères des Affaires Foncières et des Travaux Publics Aménagement du Territoire Urbanisme et Habitat. D’entrée de jeu, dans sont exposé des motifs, l’arrêté n°0021 du 29 octobre 1993 s’attaque vertement aux faits probants ” Vu la recrudescence des constructions anarchiques généralisées dans tous les centres urbains du pays”. Ceci traduit trois décennies après, la persistance de la même situation à laquelle la simple légifération n’a pu résoudre.

En son article 1er point quatre le texte légal dont l’honorable Tshikuma aurait fait allusion a, de manière limpidissime clarifier une notion épicentre du drame “Matadi-Kibala”. La notion de la servitude.
“Est défini comme servitude:
Les emprises des lignes Haute Tension sur une ligne de 25 m de part et d’autre.”
L’emprise, dans cette acception, selon Larousse 2019: est un Terrain utilisé par un moyen de transport, comme une route, une voie ferrée, une piste cyclable, et l’ensemble des espaces nécessaires à son entretien ou à son exploitation.

Donc cette mesure prise sur l’application des servitudes n’a jamais résorbé à cette situation. Des constructions anarchiques poussent comme des champignons dans les emprises HT de la Snel, aux point que des pylônes HT se retrouve dans des parcelles, où sont traversées par des câbles HT Snel.
Curieusement, l’église du Président de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa le Pasteur Godé Mpoy est sans autres formes d’ironie traversée par les câbles HT de la Snel.

C’est dans cette optique que la Snel, tacitement fait le Ponce Pilate dans son communiqué de presse qui éclabousse certains esprits avertis
_”Il est survenu un coup de foudre qui a sectionné un conducteur de phase sous tension, lequel est malheureusement tombé sur le marché Matadi Kibala, se situant dans la servitude des lignes de transport de la Snel SA.”

Bien que les condoléances, ont bien conclu ce communiqué de presse, la Snel par ses mots forts se déculpabilise, elle se dit indirectement innocente comme l’agneau qui vient de naître.
Les familles seront-elles indemnisées par la Snel?

l’arrêté n°0021 du 29 octobre 1993 portant application de la règlementation sur les servitudes, non seulement qu’en son article 2 interdit occupation, lotissement, et construction le cas du marché de fortune de Matadi-Kibala en son article 03 renchérit sur la démolition sans d’indemnité au frais de l’occupant.
Qu’est ce qui s’en suivra, l’autorité exécutif va-t-elle démolir tout à 25 m de part et d’autre sur les emprises lignes HT de la Snel comme le dit la loi? Ou va-t-elle se complaire de la demi mesure hâtive prise par SEM Sama Lukonde chef de l’exécutif ? Restons expectative…demain n’est pas à deux mains de nous, mais déjà à notre nez.

Télégramme du Congo a fouiné pour votre appréhension la haute teneur du tweet de l’honorable Eric Tshikuma du 02 février 2022, et se complaît de vous rappeler sa chute par un hashtag à forte résonnance que l’on doit faire notre
” La puissance publique devrait s’exercer contre tout réfractaire. #Agissons #Refusons de subir.

Par Elrick Elesse

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires