0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:1 Minute, 37 Second

Le Groupe d’Etude sur le Congo (GEC) vient de rendre public son rapport sur la gestion du pouvoir coutumier et des conflits locaux  et la rédevabilité  des autorités locales dans la région du Kasaï.

Le Kasaï est l’une des régions les plus concernées par des conflits coutumiers en République Démocratique du Congo. Depuis 2016, l’affaire Kamuina Nsapu révèle la manipulation du pouvoir coutumier et les violences qui s’étaient installées dans le Kasaï Central à Dibaya, dans le groupement de Bajila Kasanga  qui a fait plusieurs morts et dégâts matériels. Et au Kasaï (Tshikapa),  la contestation du pouvoir coutumier dans le groupement de Kamba Wono où l’un des contestataires qui avait essayé d’utiliser ses moyens financiers et ses relations politiques afin d’obtenir le statut de Chef coutumier et de détrôner le titulaire.
Et ensuite le conflit de Kakenge et de  Bakua Kenge, des problèmes internes liés à la gouvernance, au contrôle des ressources et à l’ambiguïté entre l’exercice du pouvoir coutumier et l’administratif à la base de certains conflits.

Le Groupe d’Etude sur le Congo (GEC) note que ces insurrections ont déséquilibrées la région du Kasaï.

Pour Joshua Walker,  Directeur de Programme de GEC, rassure la mise en place des mécanismes pour remédier à ces fléaux.
Le député provincial Stéphane Muanda qui est parmi les paneliste présente quelques pistes de solutions déjà entreprises à l’organe délibérant du Kasaï Central sur la surveillance des pouvoirs coutumiers.

Satisfait de ce travail abattu par le GEC, Aimé Kabwe, Professeur de sociologie et Secrétaire Général Académique à l’Institut des Sciences Sociales de Kananga trace selon lui les origines des quelques conflits à Dibaya et suggère à l’étude de faire plus d’effort pour deceller les vraies causes de ces phénomènes.
Le salle Ceika a servi de cadre pour ces assises où les membres du gouvernement provincial, les différents médias en lignes et chaînes de radios, les professeurs et chercheurs des universités ont pris part.
Par Maurice SHAWANGA
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires