0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:4 Minute, 30 Second

Perturbée par la COVID-19, rendue infernale par le climat et surtout rythmée par des appréciations polémiques des arbitres, la phase des groupes de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) 2021 organisée par la Confédération Africaine de Football (Caf) s’est clôturée depuis le 20 janvier 2022. Débutée officiellement le 09 janvier par le match Cameroun-Burkina Faso à Yaoundé, la première étape de la Can 2021 s’est officiellement clôturée après la rencontre Gambie-Tunisie (1-0) sur la pelouse du stade Limbé à 22h GMT.

Salima Mukansanga, la VAR…une première !

Dans cette phase des poules de la Can camerounaise en 2022, l’histoire retiendra le nom de Salima Mukansanga comme la toute première femme de l’histoire à avoir arbitré une rencontre de la coupe d’Afrique des nations de football. C’était le 18 janvier 2022 lors de la rencontre Zimbabwe-Guinée au stade  Ahmadou Ahidjo.


Salima Mukansanga a rempli son rôle haut la main ouvrant ainsi la voie à d’autres femmes. Dans ce même registre, on peut signaler la première victoire des Comores lors d’une phase finale de la Can ainsi que celle de la Gambie ou mieux la qualification historique de ses deux modestes nations dans l’échiquier du football africain aux huitièmes de finale d’une phase finale de la Can.
Pour clôturer cette série, la toute première utilisation de l’assistance arbitrale par vidéo (mieux connu par son abréviation anglaise, VAR) dès le début du tournoi.

Des exploits au rendez-vous

C’est aussi dans la phase des groupes que le monde du football a assisté à la sensationnelle élimination des Black Stars du Ghana par les Coelacanthes des Comores. Après certainement l’une de plus belles affiches de cette phase, l’archipel des Comores s’est qualifié au détriment du Ghana, score final du match : 3-2. Avec une fédération reconnue par la Fifa qu’en 2005, la qualification des Comores est sans aucun doute, le plus grand exploit observé jusque-là dans cette compétition.
À côté de la prouesse des Comoriens, on peut signaler celle des Gambiens. En effet, alors qu’elle découvre à peine une phase finale de la Coupe d’Afrique, la Gambie a réussi à terminer deuxième du groupe F, après le Mali surtout devant la Tunisie qu’elle a d’ailleurs battu (1-0) le 20 janvier dernier. Sept points sur les neuf possibles, la Gambie a fait un parcours sans faute lors de ses trois premières rencontres de la Can !
Les Scorpions de la Gambie ont fait mieux que plusieurs grandes nations du football africain telles que, l’Égypte le Ghana, l’Algérie ou encore le Sénégal durant la phase des poules.

Des invités surprises à la fête du football africain

Pour cette Can programmée en 2021 mais qui se déroule finalement en 2022, des équipes ont été affaiblies par des cas positifs à la COVID-19 pendant que plusieurs athlètes désignaient la chaleur du climat camerounais à cette époque de l’année comme la cause principale de leur baisse de régime.

À côté de ceci il faudra ajouter,  les grincements des dents des Staffs techniques contre les appréciations des arbitres en dépit de l’utilisation de la VAR.
En illustration, on mentionnera les Zimbabwéens qui ont désigné l’arbitre comme unique responsable de leur défaite face aux Sénégalais (ndlr : penalty accordé à 20 secondes de la fin du match), ces Sénégalais “orphelins” frappés par la Covid qui se sont plaints, par après, de la chaleur qui régnait au stade durant toute la rencontre. On peut encore citer le cas des Tunisiens qui continuent de crier au scandale après ces multiples erreurs d’appréciation de l’arbitre zambien Janny Sikwaze lors de leur match contre les Maliens et pour couronner le tout, la CAF qui indique par après,  que l’arbitre Janny Sikwaze a été victime des coups de chaleur et aurait été même admis à l’hôpital !

Des grands ont souffert

Du Maroc nonchalant ou de l’Égypte qui gagne difficilement ses matches à l’Algérie, tenante du titre éliminée en passant par la Tunisie qualifiée en meilleure troisième, les grandes écuries du Maghreb ont dessus plus d’un observateur. Habituées à dominer leurs poules et à malmener leurs adversaires sur la pelouse verte, les nations du Maghreb n’ont pu rééditer, pour cette édition, leurs exploits passés. La faute peut-être à la pandémie du Coronavirus ou à certaines erreurs commises par les arbitres, cas du match Mali-Tunisie. Sinon, le constat est fait, les Nations au dessus du désert ont cédé du terrain et la domination du football a traversé le grand Sahara.

Des Lions qui n’ont pas rougi

Nombreux sont ceux qui attendaient que les Lions de la Teranga donnent une leçon de football à toutes les équipes de son groupe B. Avec ses nombreuses stars qui évoluent dans de grandes formations en Europe, le super favori de la Can 2021 n’a pu réellement dominer le Zimbabwe (1-0) avant de marquer un coup de frein face la Guinée (0-0) et de buter contre le Malawi (0-0).

A remarquer que le Sénégal s’est hissé en huitièmes de finale avec une victoire et un seul but marqué sur un penalty très discutable !
Il sied cependant de souligner que cette contre-performance des Lions sénégalais peut être attribuée aux nombreux cas positifs à la COVID-19. A ne pas oublier aussi ce cri de détresse de Sadio Mané et ses coéquipiers pour la chaleur ainsi que le taux d’humidité très élevée lors du déroulement de leurs rencontres.

Par Armando Mananasi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires