0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 46 Second

Après la tenue au mois d’octobre de l’année dernière du séminaire de renforcement des capacités des Commissaires et Chefs des postes fluviaux de la Tshopo, le Ministre provincial en charge des transports et voies de communication met le pied sur l’accélérateur.
Ce jeudi 20 janvier 2022, Danny Mongo Litomoli a réuni tous les Armateurs. Objectif, vulgariser et sensibiliser sur les mesures urgentes contenues dans sa note circulaire n°01/DML/001/CABMINFPTPSTVCJSL/P.TSH/2022, relative aux mesures urgentes pour éviter les accidents de la navigation fluviale et sur les autres affluents dans la Province de la Tshopo.
En cette deuxième étape, celle des Armateurs, Danny Mongo Litomoli a eu des mots justes pour rappeler à ses interlocuteurs qu’il reste révolté par le résultat des enquêtes chaque fois qu’il y a un cas de naufrage. “L’on se rend compte, martèle-il, que ces accidents ont pour motif principal le non respect des dispositions légales et réglementaires, à la navigation de nuit, la surcharge des passagers et des biens, la mauvaise construction des baleinières, l’absence d’inspection des chantiers navals, la mise à flot illicite des embarcations, etc”.
Ainsi, particulièrement pour cette catégorie bien spécifique, le Ministre provincial en charge des Transcoms tape la main sur la table. Désormais, les dispositions suivantes sont prises pour parvenir à l’objectif zéro naufrage dans la Tshopo. Il s’agit notamment de :
– faciliter le jaugeage, le recensement, l’immatriculation et l’inspection annuelle des embarcations ;
– détenir et fournir, en cas de nécessité, les originaux de tous les documents de bord des embarcations notamment la carte d’armateurs, le certificat de navigabilité en cours de validité, le rôle d’équipage, la liste des membres d’équipage aini que la liste des passagers embarqués en deux exemplaires dûment signée par le Commissaire Fluvial et la Police de frontière ou la DGM;
– avoir en permanence les matériels anti-incendie(extincteurs, sable sec…) à bord pendant la navigation ;
– interdire le chargement sur la toiture du bateau ou de la baleiniere;
– interdire au personnel naviguant de se livrer à l’ivresse pendant le service ;
– disposer nécessairement de l’ancre et du matériel de sauvetage dont les gilets, corsets et bouées et ce, en nombre suffisant. Par ailleurs, le port de gilet par tout passager à bord d’une embarcation naviguant sur le réseau fluvial de la Province de la Tshopo est obligatoire ;
– s’interdire de naviguer pendant la nuit et ainsi, devoir quitter le port de départ au plus tard à 15 heures 00;
– signer le contrat d’engagement fluvial avec les services étatiques œuvrant au port;
– procéder au pesage de toutes les marchandises avant leur embarquement, afin de déterminer et de respecter le tonnage requis;
– recycler le personnel naviguant avant d’obtenir ou de renouveler le titre de capacité ;
– enfin, évacuer les unités flottantes coulées et abandonnées qui peuvent gêner la navigation.
Par ces mesures, Danny Mongo Litomoli veut s’assurer de la force de la loi sur les individus et promet un suivi minutieux afin de changer la manière de faire dans le secteur de la navigation.
Ce n’est qu’à ce prix, dit-il, que la vision zéro naufrage dans la Tshopo passera du slogan à la réalité.
Dans sa série des seances de travail, le Ministre Danny Mongo prévoit trois autres rencontres notamment avec les tenanciers des chantiers navals, les tenanciers des ports et beachs et enfin, avec les services étatiques.
Par Marie-Jeanne BAHATI NGOY

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires