0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 42 Second

C’est sur un ton révolutionnaire que Me Serge Mayamba fait sa rentrée politique en cette date commémorative des martyrs de notre histoire.
Pour cet Avocat,ex Député national élu de la Tshangu à Kinshasa, 63 ans après, cet événement de sang marque la prise de conscience collective d’un peuple prêt à se réapproprier son destin face aux oppresseurs mercantiles et dont le résultat fut la proclamation de l’indépendance.
Prévoyant et citoyen avisé, Me Serge Mayamba voit tous les signes d’alors se réunirent dans un contexte où le peuple n’aura d’autre choix que de braver la peur pour sa vraie libération.
Voici en intégralité l’interview de Me Serge Mayamba en cette date du 04 janvier 2022.

1. Me Serge Mayamba bonjour. Que pensez-vous des événements du 4 janvier 1959?

– cette date marque indélebilement l’histoire de notre pays car les événements de cette date que nous commémorons aujourd’hui marque l’expression d’une prise de conscience collective et de la revolte d’un peuple qui avait decidé de toucher aux symboles de l’occupation et de l’oppression.

2. Quel rapprochement pouvez-vous faire entre les événements du 4 janvier 1959 et la situation actuelle de la RDC?
– Le congolais d’aujourd’hui vit une situation similaire à celle d’hier à plusieurs titres. Si hier le peuple congolais s’était engagé à lutter contre la colonisation, 63 ans après, le constat est amer. Les différents régimes qui se sont succedés ont installé des oligarchies qui prennent en otage les drouts et libertés des congolais, leurs politiques se fondent sur une prédations des richesses du pays face à un peupe impuissant. Le congolais vit comme dans une terre conquise. Tout ça doit changer.

3. Face à ce constat, n’y-a-t-il pas lieu de s’interroger sur le regard qu’ont les Responsables politiques actuels sur la date du 4 janvier?
– A tout point de vue, ce regard est celui de ceux qui ont decidé de faire vivre le peupe congolais dans une sorte d’imbecilité collective. Les valeurs du combat pour l’indépendance de la RDC ont pris du recul en faveur de la prédations et d’autres inombrables violations des droits des citoyens. Pour preuve, ils n’ont d’égard pour une celebration digne afin d’éviter au peuple congolais d’entretenir la flamme de sa conscience. Mais il faut y faire face avec optimisme pour un changement qui interviendra bientôt.

4. Vous avez dit bientôt?
Je reste optimiste car convaincu que la conscience lattente du peuple le remettra débout comme le 4 janvier 1960 pour toucher aux symboles de l’oppression. La conscience du congolais est en éveil et si ceux qui gèrent le pays ne prennent garde pour corriger ce qui peut l’être, l’histoire va se repéter. Il y aura révolution populaire et tous les signaux sont au rouge pour ce faire.

5. Vous semblez vous prononcer avec convictions.
– Même si ma chaire est faible, mon esprit demeure disposé. J’ai toujours cru au changement et la déliquescence actuel de l’Etat ne peut qu’emmener le peupe congolais à prendre conscience et même à se raissaisir.
6. Un mot de la fin?
– La République est confiquée, l’espoir du peuple brisé, l’avenir s’assombrit, le combat pour l’émancipation politique et le développement socio économique volé. Le peuple congolais doit arrêter ce cycle de prédation. Il y va de son intérêt.

La Rédaction

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires