1 0
Read Time:2 Minute, 42 Second

Le DG suspendu de la DGRPT veut faire croire à qui veut l’entendre qu’il a la plus grande maîtrise des finances publiques plus que quiconque.

Il va jusqu’à confondre certaines personnalités hautement placées que lui, ses chefs hiérarchiques comme ses étudiants de l’ISC.

Dans plusieurs de ses sorties médiatiques, Jean-Marie Mbende justifie la contre performance lui collée valablement par notamment l’absence des réunions de conciliation des chiffres, considérant ce cadre comme le seul habileté à statuer sur la performance ou la contre performance de la DGRPT.

En réaction, il y a lieu de préciser, “dans le cas sous examen, que la réunion de conciliation des chiffres doit partir d’un rapport financier de la DGRPT retraçant les statistiques des recettes générées par chaque service d’assiette“.

C’est sur base de ce rapport que le Ministre provincial ayant les finances dans ses attributions convoque  ladite réunion pour déterminer la véracité entre les statistiques de la constatation et de la liquidation des services d’assiette ainsi que celles de l’ordonnancement et du recouvrement de la DGRPT.

Ceci permet aux services d’assiette d’avoir une idée sur les sommes réelles de leurs rétrocessions.

Curieusement, aucun rapport n’a été déposé par la DGRPT devant permettre au Ministre provincial de tutelle de convoquer une quelconque réunion.

La raison serait, sans nul doute, le refus du DG suspendu de fournir les statistiques des réalisations réelles des recettes et sa volonté notoire et délibérée de minorer voire minimiser les parts des rétrocessions de ces services d’assiette, rétrocessions qu’ils n’ont jamais d’ailleurs reçues depuis l’avènement de Jean-Marie MBENDE.

La deuxième vérité mensongère, c’est lorsque le suspendu se permet d’évoquer la question de manque des imprimés de valeur et l’imputer au Ministre.

Jean-Marie Mbende oublie qu’il a plusieurs fois écrit à l’imprimeur de la Procure pour la disponibilité des imprimés à la régie ? En écrivant avec copies à son Ministre, ne savait-il pas qu’il en était compétent ? Drôle d’histoire !

C’est aussi ici l’occasion de rappeler que le protocole d’accord signé entre le Gouvernement Provincial et la société TRINIX prévoit la fourniture des imprimés de valeur par cette entreprise et en contrepartie, elle bénéficie de 5% des recettes générées par la DGRPT. Malheureusement, TRINIX n’a jamais respecté ses engagements mais continue à bénéficier indûment de ses 5% sans  s’acquitter d’une seule de ses obligations.

Enfin, par rapport au dernier mensonge, le DG suspendu signifie à l’opinion que les agents de la DGRPT ne sont pas motivés parce que le Gouvernement provincial ne s’acquitte pas de ses devoirs. Un grand mensonge cousu de toute pièce pour éblouir inutilement l’opinion. Tenez !

La DGRPT bénéficie d’un nivellement automatique de 10% des recettes destinées à la prime de mobilisation et à la rétrocession des services d’assiette.

Où est le problème du Ministre des finances si cette prime, du reste gérée par le DG, n’est pas régulièrement payée aux agents et cadres de la régie financière provinciale ?

En tout état de cause, le DG Suspendu Mbende doit savoir justifier les fonds mis à sa disposition après avoir vidé la caisse de la DGRPT.

Il y a d’ailleurs lieu que les enquêtes soient ouvertes et que les comptes et la gestion de la régie sous Mbende soit audités.
A suivre.
Par Judex ALIMASI BOGOGOLE / CP à Kisangani

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires