0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 21 Second

Ce lundi 08 novembre 2021, Matata Ponyo ancien Premier Ministre avec son équipe vont se présenter pour la deuxième séance d’audience devant le bureau de la cour chapeauté par le professeur Dieudonné kaluba.
La série des auditions en instructions continuent après  l’ouverture  du 25 octobre retransmis par la Radio Télévision Nationale Congolaise, RTNC.
Votre média en ligne Le Télégramme du Congo, témoin de l’évènement y sera aussi pour vous.
Comme dans notre livraison précèdente  intitulée : “Matata devant ses juges, la symbolique éloquente d’un État de Droit rêvé par le feu Étienne Tshisekedi” démontré noir sur blanc que la justice congolaise retrouve progressivement ses lettres de noblesse par la qualité et le statut des justiciables, autrefois  sous un régime des intouchables aujourd’hui ils répondent de leurs actes et gestions.
L’État de droit ne serait un slogan creux que dans les esprits de ceux qui souffrent de la cécité disait un philosophe.
Dossier parc Agro-alimentaire de Bukanga Lonzo ou le premier Avocat de la République Donatien Mokola Pikpa avait promis au bureau  de mettre à nu la fausseté d’un montage ficellé dès l’origine pour détourner le denier public à diverses étapes.
D’après le Premier Avocat Mokola, dossier Bukanga Lonzo  n’a respecté aucune procédure  légale de marché public, usant de son statut du Premier Ministre de l’époque, ce dossier avait connu que des privilèges d’urgence de paiement.
D’après l’homme du toge rouge la loi prévoit l’autorisation par la Direction Générale de Contrôle de Marché Public, DGCMP pour toutes transactions publique, disposition zappée par Matata.
Toujours d’après le Premier Avocat, Mokola  les millions décaissés à la Banque Centrale Congolaise atterrissés à une entreprise sud-africaine qui devrait être reversé en RDC.
Ce flou entretenue de Matata devait être éclairci ensemble avec son ministre délégué des finances Patrice Kitebi.
Une audience riche en révélations prévue ce matin du lundi fixera l’opinion qui a souhaité le début de ce procès qui montre et demontre que la force reste à la loi. Tous les congolais sont égaux devant la Loi.
Ses collègues sénateurs impuissants de le tirer de griffes de la justice aiguisé d’une logique de l’État de Droit souhaité par le feu Étienne Tshisekedi.
Bahati Lukwebo, président du Sénat malgré toute son influence du vote pour protéger la levée des immunités en déclarant que lui même serait victime de menace de poursuites judiciaires.
La justice n’avait baissé garde pour revenir à la même demande pendant les vacances parlementaire, dont la compétence constitutionnelle était cette fois-ci en charge du bureau du Sénat.
Bahati Lukwebo ancien ministre  dans le gouvernement Matata  s’est vu dépouiller  du carquois de la plénière pour protéger Matata. Ce feuilleton illustre certains disfonctionnements de l’Union Sacrée composé des caciques qui partagent des histoires rocambusques au delà des affinités des circonstances et de façades avec le chef de l’État.
Par Gerard Lemba
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires