0 0
Read Time:2 Minute, 10 Second

Ça valait la peine d’en parler, mais quand ? Sans doute, la question de choix de suppléant devient de plus en plus une affaire de famille, du népotisme scandaleux que malheureusement la loi protège la dérive.
Fini, L’élu de la ville cuprifère de Lubumbashi, Jacques-Coco Mulongo propose une modification de fond de la loi pour y remédier.
Voici le sens et la quintessence de la proposition de loi modifiant le statut des suppléants déposée hier vendredi 05 novembre 2021 à 13h20′ à l’Assemblée Nationale par l’honorable Jacques-Coco Mulongo.
Incontestablement la question des suppléants demeure l’objet d’actualité sur toutes les lèvres des compatriotes a-t-il soulevé.
Au fond, le choix des suppléants sur la liste des partis politiques se révèle inadapté dans la pratique dénonce ce fidèle de Félix-Antoine Tshisekedi.
Approché par le Télégramme du Congo, Mulongo s’oppose à l’ancien système de deux suppléants choisi par le candidat.
Il nous rappelle qu’il est à sa deuxième législature à l’Assemblée Nationale et à ce titre, il a observé des dérives dans le choix des suppléants qui engendrent des conséquences néfastes sur le résultat de nos institutions.
Pour ce faire, il y a nécessité de modifier vite la loi, d’où une correction est soumise dans cette proposition à l’appréciation de la plénière souveraine a-t-il souligné avec modestie ce fils de la dynastie Mulongo.
Il s’est dit choqué de voir les remplaçants des députés, une fois empêché par une nouvelle fonction publique ou décès sont remplacés dans la plupart de cas, soit par sa femme, soit par son fils ou sa sœur bref un membre de sa famille.
Mulongo s’offusque, et puise la formule patriotique de l’Udps ou les suppléants sont choisis et imposés par le parti. En clair, dorénavant, dans un contexte de seuil électoral le choix des suppléants ne seront plus à la bonne humeur du candidat mais plutôt sur la liste électorale du parti, a proposé Mulongo.
Pour appuyer, Mulongo illustre par un exemple, sur une liste de 15 candidats dans une circonscription électorale donnée, une fois ce député nommé, les suppléants remplaçant seront issues sur la liste du parti envoyé à la centrale électorale soutient Mulongo.
L’élu de Lubumbashi fustige l’esprit égoïste des candidats prévoyant sur ses ambitions de nomination à d’autres fonctions publiques misent sur leurs puissance financière ou influence politique pour atteindre de nouvelles fonctions qui seront remplacées par leurs membres de familles. C’est député, membre actif de l’Union Sacrée s’est dit optimiste surtout réceptif à l’appréciation de la plénière souveraine, a conclu l’honorable Jacques-Coco Mulongo Nzemba.
Par Gerard Lemba
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires