0 0
Read Time:3 Minute, 3 Second

Le Commissariat Général à l’Energie Atomique vit actuellement une période trouble. Depuis l’arrivée de José Mpanda à la tête du ministère de la Recherche Scientifique, ce centre nucléaire de référence dans la région est devenue la risée de tous.
En effet, le ministre Mpanda dès ses premières heures en tant que ministre s’est employé à mettre à genou ce géant de la recherche dans le but de faire asseoir un système véreux.
S’inspirant des méthodes sombres des ports privés à la SCTP, Mpanda a entrepris de dépouiller le CGEA de ses attributions et les a confiées à des sociétés privées sans expertise ni matériels adéquats.

Malgré toutes gesticulations, le ministre s’est buté à un obstacle de taille : le comité Lukanda.
Fin connaisseur du secteur et homme intègre, le professeur Vincent Lukanda a longtemps tenu tête au ministre despote. Une posture jugée d’insubordination dans le camp du ministre. «Nul n’est censé obéir à un ordre manifestement illégal», rétorque-t-on dans l’entourage du professeur Lukanda. Face à ce qu’il a qualifié de «têtutesse», le ministre a entrepris de suspendre le professeur Lukanda. A court de griefs, il a alors initié un audit farfelu. Seulement dans sa démarche de vouloir à tout prix accusé le professeur Lukanda de rage, le ministre a commis des erreurs flagrantes. D’abord la composition même de l’équipe décrié par quasiment tous les agents du CGEA. Malheureusement pour lui, l’intransigeance du professeur ne lui a pas permis de mener son projet diabolique à terme.

Autre acte de gangstérisme, la violence qui a caractérisé la pseudo-cérémonie de remise et reprise. En son absence car notifié plus ou moins de 12 heures avant l’organisation de cette cérémonie, le professeur Lukanda a trouvé son bureau forcé à son arrivée. Il n’avait que quelques minutes de retard.

Le professeur Lukanda en touche, le ministre s’est alors frayé un boulevard pour commettre ses autres forfaits. Son équipe d’auditeurs constituée de ses plus proches collaborateurs est finalement descendue. Curieusement, en lieu et place de mener la mission sur place, ces auditeurs ont préféré emporté les malles contenant des pièces comptables et autres documents de valeur du CGEA vers un endroit inconnu. Une démarche qui laisse transparaître une intention de falsifier les pièces en y soustrayant notamment les preuves du paiement d’une somme de 1,5 millions de dollars expressément demandé par le ministre et transférés dans son compte privé. Une fuite des documents ou un ajout de documents sont également à craindre, surtout qu’aucun inventaire n’a été fait durant cette pseudo mission d’audit. Autant d’arguments qui dénotent une tentative de détournements de la part des équipes du ministre alors que les comptes du CGEA sont actuellement très bien garnis.

Connu pour être opposant au sein même du gouvernement, José Mpanda s’est à plusieurs reprises opposé aux instructions du Chef de l’Etat, la plus flagrante étant celle de faire annuler le décaissement des fonds ordonné par le Président Tshisekedi pour le redémarrage du réacteur. En gangster, il affirme à tout bout de champ n’avoir d’ordre à recevoir de personne, même pas du Chef de l’Etat qui a fait des «courbettes» pour le faire adhérer dans l’Union sacrée. Pour plusieurs observateurs, son attitude sape l’action du gouvernement des Warriors sur qui repose l’espoir de toute la nation. A les en croire, un recadrage s’impose pour faire entendre raison au ministre Mpanda, désormais à contre-courant de la vision du Chef de l’Etat.

Par Prince Liévin Mukendi
Le Socle via Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires