0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 12 Second

Le Télégramme du Congo avait déjà annoncé il y a plus d’un mois, “C’est parti les années Kadima“.
C’est parti les années Kadima au verdict de la commission paritaire, un tollé de critiques de la confrérie qui, en mal de prévoyance ont fini par saluer cette longueur d’avance.      C’est en rassembleur que Denis KADIMA, le nouveau Président de la CENI effectue  sa première sortie.
Dans son premier tweet, Kadima  reconnaissant, remercie les 8 délégués de la confession religieuse suivi de l’Assemblée Nationale pour l’entérinement enfin, il remercie le Chef de l’État pour l’annonce de l’ordonnance d’investiture devant la Nation.
Bon signe, pour un nouveau Président de la Centrale Électorale, qui de part son Nom, ses origines comme son parcours a fait l’objet de débats houleux, des critiques acerbes qui frôlaient même aux injures. Kadima a gardé un silence légendaire pour laisser libre le processus faire son bon chemin électoral.
Pour les faucons, Kadima vue qu’il partageait le même espace linguistique avec  le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi, Kasaï, d’office cet expert électoral ne méritait le trône de la CENI.
Un critère sans objet selon la commission mixte paritaire que dirigeait l’honorable André Mbata.
Aussi cette commission paritaire a pris soin de reprendre les 62 dossiers des candidats dont le Nom de KADIMA et son expertise à la matière sortait du lot.
Encore la même commission a invité les 8 confessions dont la CENCO et l’ECC qui ont catégoriquer refuser de répondre.
Le président de la commission paritaire Mbata dans son rapport devant la plénière a détaillé le feuilleton et la nécessité de ne pas bloquer la marche des institutions suite aux humeurs des religieux en conflit récurrent.
Kadima s’est tu nonobstant la multitude de sollicitations de la presse.
Marches, déclarations politiques comme toutes sortes de récupérations, Kadima en observateur a préféré donner sa langue au chat.
Vendredi surprise, contre toute attente le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi en garant du bon fonctionnement des institutions a annoncé que l’ordonnance d’investiture était déjà signé pour rattraper le temps perdu pour organiser les élections dans le délai constitutionnel.
Kadima investi  par l’ordonnanceprésidentielle remplace en bon et du forme Corneille Nangaa.
Pour rappel, l’immensité de travail électoral et les réunions permanentes avec les acteurs politiques avait épuisé à fond Nangaa qui sur la RTNC avouera si cela était à refaire il ne sera jamais preneur, certes, l’expérience l’a rendu sage.
Ce poids électoral Nangaa le transmet désormais à KADIMA dont le rendez-vous  est pris pour 2023.         
Par Gerard Lemba
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires