0 0
Read Time:2 Minute, 30 Second

C’est sur une grande lancée que rebondit l’affaire Matata. La Cour Constitutionnelle greffe pénal, siégeant en matière répressif a lancé un extrait de rôle qui appel en audience publique le lundi 25 octobre à 10 heures, l’ancien premier ministre Matata Ponyo Mapon, Valentin Kitebi et Grobler  Christo. Cet extrait de rôle date date de ce lundi 21 et est signé par le Directeur Mubwisa Lunzey le greffier principal.

Plus de doute sur la comparution du Sénateur Matata Ponyo Augustin devant la Cour Constitutionnelle comme l’atteste l’extrait de ci-joint.
C’est le lundi 25 octobre 2021 que le Premier Ministre honoraire va se présenter devant ses juges naturel sur l’affaire Bukanga Lonzo invité à répondre sur un processus judiciaire qui a trop duré suite à la qualité et les titres occupés dans la gestion des affaires  publiques en RDC. Matata victorieux, au premier vote sénatorial sur la levée des immunités du sénateur Matata ou la solidarité du Sénat a concurru en sa faveur y compris de son président le professeur Modeste Bahati. Comment ? Pour ceux qui ne savent pas, le Président Bahati lors de ce vote avait significativement influencé le vote pour soutenir celui qui fut son Premier Ministre alors que l’actuel Président occupait la fonction de Ministre de l’Economie. Deuxièmement, un autre soutien de taille, d’ailleurs majeurs quand Bahati avouera devant les sages que lui-même Président du Sénat recevait des menaces de poursuites judiciaires via les réseaux sociaux.
Ce témoignage avait naturellement réveillé l’attention de la chambre haute du Sénat pour soutenir Matata  Ponyo.
Enfin un troisième soutien de Bahati a transpercé sur le départ tumultueux de Samy Badibanga.
Revenons au chapitre judiciaire de Matata  invité à se présenter le 25 octobre a connu plusieurs tournures.
Le Procureur était revenu à la charge pour demander la levée  des immunités pendant les vacances parlementaire. Un cas que la constitution a prévu en confiant cette fois-ci la compétence au bureau du sénat. Ici toutes les sources parlementaires attestent que c’est le mauvais souvenir parlementaire où il devait malgré lui lâcher son collègue dans les mailles de la justice.
Matata depuis Guinée avait défié la neutralité de la justice en clamant haut et fort l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire accompagné des Point de Presse où il avait déclaré être prêt à affronter la justice.
Quelques semaines plus tard Matata serait empoisonné et demandera l’autorisation de sortie pour une rapide évacuation enfin de suivre des soins appropriés à l’extérieur. Une demande recevable mais non fondée selon le Procureur Près la Cour Constitutionnelle.
Constat de guérison sur place par des médecins congolais capables de faire plus si et seulement on le mettait dans les conditions.
Enfin la Cour Constitutionnelle vient  de fixer le début d’un feuilleton qui risque de dépasser l’ancrage par rapport au procès 100 jours qui a abouti à la condamnation du Vital Kamerhe l’ex-Directeur du Cabinet du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi.

Par Gérard Lemba et Elrick Elesse
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires