1

Léon Engulu à Félix Tshisekedi : “La Ceni est obsolète, l’organisation des élections revient au Ministère de l’Intérieur”

Le Sénateur Léon Engulu Baangampongo Bakokele Lokanga, ce patriarche est sortie de son silence, au cours d’une interview, il s’est adressé au Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, sur la question qui fait couler encres et salives, celle de la désignation des animateurs de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Pour ce père de l’indépendance, la CENI est dépassée, et sa nature est conflictuelle.

Le patriarche Léon Engulu, n’est pas passé par quatre chemins, qui poser son diagnostic au problème congolais.

” La CENI est née d’un régime dictatorial et complaisante. le Président de la République étant démocrate, et les  parlementaires doivent en être conscients. Aujourd’hui la CENI est obsolète est dépassée, elle est plus politique et pas du tout administrative.
Le Président de la République a un mandat du souverain primaire, tout comme le Parlement. Tandis que le  gouvernement est l’émanation du parlement, personne ne le conteste, donc il revient à ce juste titre à ce gouvernement démocratique, par le biais de son ministère de l’Intérieur de la République de nous organiser des élections, libres, crédibles, démocratique et transparentes comme cela se fait dans le monde entier.”

Pourquoi opte-t-il pour le ministère de l’intérieur ? Le Sénateur Léon  Engulu, ancien ministre de l’intérieur de son état, renchérit son propos

“L’Etat n’appartient à personne, le Président de la République doit savoir qu’il détient le pouvoir de l’Etat qui appartient au peuple. L’Etat a une administration qui fonctionne avec des agents, cadres et fonctionnaires neutres. Les gouvernements se succèdent et passent, mais l’administration publique reste c’est une carrière. Bien que partout dans le monde les élections sont contestés mais il revient à l’administration publique ce devoir, pour qu’il soit crédible.”

Par contre la CENI de par son essence elle est mauvaise. Elle née des confessions religieuses qui ne s’accepte pas, on y joint la société civile et les politiques. C’est là le germe de la contestation dans la désignation de ses animateurs.

La Recette Engulu
Dans sa recette magique de patriarche, l’honorable Engulu Baangampongo explicite ” Ce qui manque aux lois électorales et aux élections organisées en République démocratique du Congo, c’est des mesures drastiques des sanctions pénales quant à la fraude électorale. Comment peut-il exister des sanctions pénales sur le détournement des deniers publics, mais pas des sanctions à la fraude électorale. Le suffrage, la voix électorale est comme l’argent, comme de l’or, on le cherche parce qu’elle procure le pouvoir qui confère l’argent. Donc qui détourne des voix, dans une élection doit subir une peine de  5, 10, 20 ans au dépend de son infraction pénale électorale.
A-t-il conclut à ce point.

Par Elrick Elesse/ Propos recueillis par D.Luyindamo