0 0
Read Time:1 Minute, 51 Second

Qui en veut à Matata Ponyo ? Qui veut le voir à tout prix être incarcéré à la prison de Makala? S’interroge l’ami de la vérite.
Insatisfaits de la levée par la Cour Constitutionnelle de sa décision sur le mandat d’arrêt provisoire et/ou de son assignation à résidence, les détracteurs de Matata Ponyo ne désarment pas. Ils se font désormais passer pour Donatien Mokola  Pikpa, Premier Avocat Général Près la Cour constitutionnelle.

Ils ont émis le  jeudi 22 juillet dernier un faux mandat d’amener contre l’ancien Premier Ministre, le Sénateur Augustin Matata Ponyo. Grâce à la magie du numérique, leur faux document a fait le tour du monde et a créé un show buzz sur les réseaux sociaux. Des critiques, des débats et voix discordantes fusent de partout.

Pour prouver que leur document était fait dans la précipitation totale, au lieu d’écrire détournement des deniers publics, ils ont écrit détournement des “derniers publics”.

“Il existe contre l’inculpé des indices  graves de culpabilité et qu’il y a lieu de craindre qu’il ne tente de se soustraire par la fuite aux poursuites ou de faire disparaître les preuves de cette infraction”, peut-on lire sur ce faux mandat.

“Mendons et ordonnons que le susdit Augustin Matata Ponyo soit arrêté et amené devant nous, requérons tous dépositaires de la force de l’ordre de prêter main-forte en cas de nécessité pour l’exécution du présent mandat”, a signé le faux Donatien Mokola  Pikpa, Premier Avocat Général Près la Cour constitutionnelle.

C’est comme pour dire que la Cour Constitutionnelle s’est contredit. Pour rappel, en date du 15 juillet dernier, la Cour Constitutionnelle avait levée sa décision du mandat d’arrêt provisoire et/ou de l’assignation à résidence du Sénateur Matata Ponyo, car, selon elle, sa fuite n’était pas à craindre.

Répondant à l’invitation du 19 juillet 2021 du Procureur Général Près la Cour Constitutionnelle, les avocats de Matata Ponyo dénoncent l’acharnement politico-judiciaires contre leur client. Ils rappellent que le Sénat avait levé les immunités de Matata Ponyo pour le dossier des indemnisations des victimes de la zaïrianisation, qui est d’ailleurs vide et non pour le dossier Bukanga Lonzo.
Affaire à suivre.

Par Joseph Lounda
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires