0 0
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
Read Time:2 Minute, 29 Second

Les violences en Afrique du Sud ont coûté la vie à 72 personnes au moins. Ces violences ont débuté vendredi dans la région du KwaZulu-Natal, la région de Jacob Zuma, au lendemain de l’incarcération de ce dernier. Elles ont aussi touché Johannesbourg. 

« Les agences des forces de l’ordre redoublent d’efforts pour stopper la violence et accroître leur déploiement sur le terrain », a indiqué ce matin le ministre de la Police Bekhi Kelle lors d’une conférence de presse conjointe avec les différents acteurs de la sécurité sud-africains.

►À lire aussi Incarcération de Jacob Zuma: face aux violences, Ramaphosa appelle au calme et mobilise l’armée

En plus des forces légales déployées dont l’armée, les autorités ont annoncé impliquer des entreprises de sécurité privées. Dans son discours télévisé hier soir, le président Cyril Ramaphosa a souligné le caractère inédit de ces violences depuis l’avènement de la démocratie post-apartheid.

750 personnes arrêtées

Par ailleurs, plus de 750 personnes ont été arrêtées dans les provinces du Kwazulu-Natal et de Rauteng. Les enquêtes sont en cours. « Les instigateurs de la violence ne seront pas épargnés », a ajouté le ministre de la Police lors de son intervention. Les 48 prochaines heures sont critiques, assure de son côté Daniel Silke, analyste politique, car les violences pourraient s’étendre à d’autres régions du pays (lire ci-dessous).

Durban et Soweto sont particulièrement touchés. Les images de pillages et de violences sont largement partagées encore aujourd’hui sur les réseaux sociaux. On y voit des centres commerciaux éventrés. Et des queues interminables aux pompes à essence et dans les supermarchés épargnés par les mises à sac. 

La Démocratic Alliance, le parti d’opposition à l’ANC au pouvoir, a annoncé qu’il allait intenter des poursuites judiciaires contre plusieurs membres de la famille Zuma, estimant qu’ils « attisent les flammes sur les réseaux sociaux en toute impunité ».

■ En province, des barrages filtrants pour protéger les villes des pillards

Par endroits, des groupes d’auto-défensesse sont formés. Dans la campagne, les habitants en armes sont plus nombreux que la police. Reportage itinérant dans le KwaZulu-Natal de Romain Chanson.

Des tas de sable et de graviers bloquent toutes les routes qui mènent à Kokstad. Des hommes en armes filtrent les entrées de cette petite ville. Ils sont mobilisés depuis l’aube.

d’alcool là-bas, et le magasin de vêtement. Nous savons qu’un autre groupe de pilleurs est attendu pour aujourd’hui, cet après-midi ou ce soir. Les gens en ont marre de tout ça, peu importe d’où ils viennent, qui ils sont, on doit veiller sur eux. C’est leur propriété privée et ce sont leurs biens qui ont été incendiés ou volés. »

Underberg est la dernière ville à tenir debout, nous lance un homme en armes. Quelques kilomètres plus loin, nous croisons des jeunes garçons avec des sacs de supermarchés le long de la route. La ville suivante a été pillée.

RFI / Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
image_pdfImprimer PDFimage_printImprimer
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires