0 0
Read Time:4 Minute, 54 Second

Derrière ses yeux bridés, elle scrute le paysage sociopolitique, débusque la faille dans le vif dossier du genre et résolument fait de ce problème son fusil d’assaut. Avec un courage résolu, elle est le porte-voix de la femme congolaise.Nous vous convions à découvrir Manya Riche Moupondo. Une femme engagée et indépendante qui porte le Congo dans son cœur et se place au cœur du combat de la femme.
Si la présente Constitution de la République Démocratique du Congo, en son article 14 consacre la parité homme-femme, c’est en vue de répondre aux signes du temps, et de réaffirmer l’attachement de notre chère République aux Droits humains et aux libertés fondamentales tels que proclamés par les instruments juridiques internationaux auxquels elle a adhéré. Mais il est désolant à cet égard, de constater à quelle point ce droit constitutionnel est bafoué, puis est considéré comme un cadeau offert aux femmes. Qu’est-ce qui peut expliquer qu’un pays qui prône la parité homme-femme n’ait seulement que 17% des femmes au sein du gouvernement, un gouvernement de plus de 65 membres ? Sur les sept membres qui composent, le bureau définitif de l’Assemblée Nationale, seulement deux femmes y figurent.
« Les pouvoirs publics veillent à l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard de la femme et assurent la protection et la promotion de ses droits. Ils prennent, dans tous les domaines, notamment dans les domaines civil, politique, économique, social et culturel, toutes les mesures appropriées pour assurer le total épanouissement et la pleine participation de la femme au développement de la nation (… )» Tel que le stipule l’article 14 de la constitution.
A ce jour, non seulement, qu’aucune femme n’est chef de corps constitué de la République, mais encore, elle est sous-représentée dans les institutions, elle n’est pas prise en compte dans des instances de prise de décision du pays.  
Pour que son silence ne contribue pas à la perpétuation de cette ignoble injustice, Manya Riche Moupondo s’est engagée bec et ongle à la défense des droits de ses concitoyennes. Dans cette optique elle interpelle ses congénères, femmes, sur le bien-fondé de la Parité (du latin Paritas), une égalité qui est loin d’être concrétisée, et même le quota de 30 % dégagée à l’issue des différentes discussions politique nationale peine à être matérialisé. « Cette parité n’est pas un cadeau mais plutôt un droit consacré par la Constitution ».
Manya Riche Moupondo ne lésine pas de ses efforts dans ce combat gigantomachie. Elle invite à cet effet, toutes les femmes à la solidarité en visant de mettre en place « un parlement debout des femmes» qui traitera des droits des femmes et les défendra. Elle va plus loin, en proposant que violation de l’article 14 de la Constitution, puissent revêtir d’un caractère pénal. Ainsi les femmes peuvent se réserver le droit de saisir les instances judiciaires pour recouvrer leur droit légitime.
Sur les ondes de la Radio Top Congo FM, les auditeurs étaient émerveillés par des analyses pointues de Manya Riche lors de son passage à l’émission «Débat au féminin» animée par Eliséé Odia le samedi 13 février dernier.
Cet échange à bâton rompu a porté sur deux questions principales à savoir : «Les femmes des secteurs privés, peuvent-elles servir des modèles de leadership aux femmes politiques en RDC ? Est-ce qu’on peut avoir une femme chef de corps en RDC ? Ce débat houleux a débouché à sept points importants dont nous vous offrons la teneur.
Manya Riche Moupondo MRM, un profil impressionnant !
Titulaire d’une maîtrise en Economie Appliquée de l’Université Aix-Marseille III en France et agrégée de l’Université de Stockholm en Suède, Manya Riche par son caractéristique émouvant a occupé des fonctions à responsabilité en RDC et à l’étranger. Notamment dans le secteur minier et dans la production de titres identitaires d’où ses preuves en disent trop.
Pendant plusieurs années, elle a mis sa compétence au profit de différentes institutions congolaises relatives au processus de paix et de démocratisation.
Membre Fondateur et Coordonnateur de l’organisation Congo Peace Center, MRM a participé à plusieurs négociations de paix de haut niveau avec des groupes armés, sous la médiation des Nations Unies et de la Sous-Région des Grands Lacs. Cette expérience lui a permis d’avoir un bon aperçu sur les problématiques politiques au Congo et en Afrique centrale, de même qu’un accès personnel à des acteurs clés des plus hautes instances.
Dans le cadre associatif, le Congo Peace Center (CPC) dont Manya Riche Moupondo est membre fondateur et coordonnateur, est une ramification de la chaire Conflict and Developement (ConDev) du Texas A&AM.
Bien née de la politique congolaise, MRM est aussi la petite fille de l’un des pères de l’indépendance, membre du législatif bicaméral ayant élu et investi le tout 1er gouvernement de la République, le gouvernement Lumumba. Sébastien Moupondo d’heureuse mémoire, ce Sénateur bien connu sous le surnom de Kroutchev.
De par sa maitrise du contexte politique congolais, Manya est fréquemment sollicitée en tant que Consultant indépendant, par des Organisations internationales et Think Tanks de renom, parmi lesquels IFRI, NDI, etc.
Actuellement, elle occupe la fonction de l’administratrice directrice générale de la SODEICO, une compagnie leader en recrutement, placement, formation, et gestion du capital humain en RDC.
Elle est membre du Conseil d’administration de la Coopérative agricole Mabele. Elle est également membre des réseaux d’affaires Makutano, Women in Business, Together et Africa List, MIFDA, œuvrant ainsi pour la promotion de l’entreprenariat, du local content, du développement durable, de l’amélioration du climat des affaires, et du renforcement du rôle de la femme dans les sphères de décisions, en RDC et en Afrique dont elle en fait son fusil d’assaut.
Par Joseph Lounda

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires